samedi 22 février 2014

8 étapes pour se créer des objectifs qui rendent heureux.

Vous le saviez sûrement, on ne devient pas forcément heureux en réussissant dans la vie.
Par contre, on réussit *toujours* parce qu’on était enthousiaste, heureux, et optimiste. Les très rares exceptions mises à part, c’est toujours ce qui se produit.
C’est ce qu’on appelle : l’avantage du bonheur.
Cherchez ce qui vous rend heureux, ce qui vous rend vivant, et vous trouverez ce qui vous rendra prospère. Heureusement, à ce stade, vous avez déjà fait les exercices que j’ai donnés dans l’article précédent.
Aujourd’hui, nous allons nous attaquer à une série de conseils et stratégies, pour choisir les objectifs tangibles qui vont vous rendre effectivement heureux.
Suivez le guide !

"Objectifs et bonheur"

1. L’Avocat de l’Ange

On connaît tous l’avocat du diable n’est-ce pas ? Cette fois-ci, on va faire l’inverse. On va engager l’Avocat de l’Ange :).
Imaginez votre vie idéale. A quoi ressemblerait-elle dans 5 ans, si tout se passait bien ? Maintenant, prenez un cahier et un crayon, et écrivez ce qui vous passe par la tête. Qu’arrivez-vous à visualiser ?
La science le prouve : si vous créez ce genre de journal intime, vous boostez votre optimisme et votre motivation, et vous y voyez plus clair pour choisir les objectifs qui comptent vraiment.

2. La Zone de Tension

Je crois qu’on a tous joué avec des bracelets en caoutchouc quand on était petits. Vous voyez, ces bracelets multicolores qu’on utilisait pour lancer des projectiles sur nos petits camarades ?
Quand on tire dessus comme un forcené, qu’est ce qui se passe ? Soit elles se cassent, soit elles reviennent vers nos doigts à vitesse grand V, et on se fait très très mal.
C’est strictement la même chose pour les objectifs.
Le Dr Heidi Grant parle d’une zone idéale pour se créer des objectifs : la zone de tension.
Si vos objectifs se trouvent dans votre zone de confort, vous jouez dans la ligue inférieure. Fortement déconseillé ! Et s’ils se trouvent dans votre « zone de panique » (là où vous perdez tous vos moyens), et bien vous ne faites que patauger dans la vie.
L’idéal, c’est d’en choisir dans la « zone de tension » qui va créer une dynamique dans votre vie. Une sorte de tension qui vous pousse à croître.
En un mot, vos objectifs doivent vous défier chaque jour, mais ne doivent pas vous paralyser complètement.

3. Créez un contraste mental

Il existe un art qu’on doit maîtriser pour se fixer des objectifs. C’est celui du contraste mental. Je m’explique :
On sait tous qu’on doit se visualiser en train de réussir  notre ultime objectif. Mais en même temps, on doit toujours garder un œil sur le chemin qu’on emprunte pour y arriver.
Ayez confiance que vous allez réussir, MAIS, attendez-vous à faire face à des défis.
Voici d’ailleurs ce que dit Russell Simmons dans son excellent livre « do you ! » :
« Je sais qu’on dit toujours de garder ses yeux sur la récompense, mais je ne suis pas d’accord. Si vous gardez vos yeux collés sur elle, tout ce que vous allez faire, c’est de trébucher et de heurter des choses. Si vous voulez vraiment avancer, vous devez vous concentrer sur la route. ».
Mettons tout ça en pratique voulez-vous ?
Vous connaissez sûrement votre objectif pour 2013. Vous voyez le contraste avec ce que vous vivez aujourd’hui ? Bien. Maintenant, visualisez les défis qui vous attendent pour arriver à cet idéal. Soyez à la fois réaliste et optimiste.

4. L’archétype du bonheur

Il existe 4 catégories de personnes lorsqu’on parle de bonheur :
Le bourreau de travail : qui mise tout sur le bonheur dans le futur, mais qui entretient une mauvaise relation avec le présent.
L’épicurien : c’est celui qui ne se soucie pas du futur, mais qui entretient une très belle relation avec le présent.
Le nihiliste : c’est celui qui entretient une relation négative à la fois avec le présent et le futur (qui ne fait que se plaindre sur ce qu’il vit, et qui n’a aucun objectif dans la vie).
- Et roulements de tambour… La personne heureuse : celle qui entretient une relation saine avec le présent, et qui se soucie aussi du futur (qui se fixe des objectifs inspirants ET qui savoure le voyage vers ces objectifs :)).

5. Rôle puis objectif

Dans le développement personnel, on est tenté de ne parler que d’objectifs. Du coup, on oublie de tout simplement parler des différents rôles qu’on joue dans la vie.
Par exemple : être un père de famille, un président d’association, un journaliste, un être humain rempli d’enthousiasme, etc.
Il est temps de leur donner leur part de gloire ! Une fois que vous avez identifié les différents rôles que vous tenez, prenez les 5 plus importants. Il vous suffit ensuite d’identifier les objectifs qui s’y rattachent.

6. La mentalité de croissance

Dans la vie, vous pouvez adopter une mentalité fixe qui dit que les gens ne peuvent pas changer, ou alors adopter une mentalité de croissance, qui implique qu’on peut effectivement changer.
Résultat ? Si on adopte la mentalité de croissance, on sait qu’on va faire des erreurs, mais on y va quand même !
La vie devient alors plus enjouée, plus légère. Une véritable expérience :).

7. Être ou Avoir ?

J’ai consacré un article entier sur cette question. Il se trouve ici : concentrez-vous sur ce que vous devenez.
Pour le résumer, voici ce qu’on peut dire : il n’existe que deux mentalités dominantes sur terre. La première, c’est « être », la seconde, c’est « avoir » (ou posséder). Evidemment, pour chaque mentalité, il y a un ensemble d’objectifs qui sont liés :
« Être » : savoir communiquer efficacement, maîtriser son esprit, être plus confiant, développer sa compassion, être plus serein, etc.
« Avoir » : avoir une maison aux États-Unis, posséder une Ferrari, avoir 4 appartements, etc.
Je vois déjà vos sourcils qui froncent. Mettons les choses au clair, je n’ai rien contre les objectifs matériels. Mais si vous voulez qu’ils se réalisent, vous devez commencer par les objectifs qui se rapportent à votre personne !
Les objectifs matériels seront simplement des produits dérivés.
Continuez d’améliorer la personne que vous êtes dans tous les domaines.

8. Créez une cohérence entre vos objectifs

Je vous demande de penser à votre plus grand objectif dans la vie. Vous l’avez en tête ? Bien. Maintenant, pensez à votre objectif le plus immédiat, le plus proche.
Voici ce que je vous conseille : faites en sorte que ces deux objectifs (et ceux qui sont au milieu :)) soient en cohérence. Il faut qu’ils soient tous alignés dans la même direction.
A vous la parole !
Où situez-vous par rapport à l’archétype du bonheur ?
Pensez-vous que c’est important de se fixer des objectifs qui rendent heureux (pas forcément qui rendent riche) ?
Réactions :

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire