mardi 11 février 2014

Arrêtez de vous soucier de ce que pensent les autres.

Qui contrôle votre vie ?
Qui tire les ficelles ? Est-ce vous ou les autres ?
Je suis navré de le dire, mais pour la plupart d’entre nous, ce sont bel et bien les autres:
Je veux parler de la société, des collègues, des amis, de la famille, ou encore de la religion. Malheureusement, nous avons été influencés, ou plutôt « conditionnés » de cette manière depuis l’enfance.
Quelle personne oserait dire qu’elle n’aime pas la sensation d’être importante ?
Quelle personne n’aimerait pas être acceptée si elle est rejetée ? Nous avons appris à faire tout ce qui est possible pour que les autres nous apprécient.
Nous ne voulons pas être écarté par les autres à cause d’une différence. Au cours de l’enfance, nous avons subtilement appris cette manière d’être.
Et jusqu’à l’âge adulte, nous continuons !
La vérité c’est que chaque personne influe sur une autre, comme un mouton qui n’aurait pas besoin de chien de garde !
Oscar Wilde disait d’ailleurs que :
« La plupart des gens sont d’autres personnes. Leurs pensées sont les opinions des autres, leurs vies sont des imitations, leurs passions une citation. »
Cela marche d’ailleurs dans les deux sens. Tout d’abord, nous craignons d’être désapprouvés, rejetés. Suis-je assez bien ? Suis-je habillé correctement ? Les autres vont-ils rire de mon accent ? Ferais-je une erreur, une bêtise ?
Lorsqu’on a le pressentiment que les autres portent un jugement négatif sur nous, on se sent mal, et on essaie à tout prix d’éviter que cela se reproduise.
Ensuite, on aime tous se sentir important, et on a besoin de récolter une attention positive venant des autres. Souvenez-vous du « besoin de se sentir aimé » ou du« besoin de se sentir important ». Des besoins fondamentaux pour l’être humain.
Recevoir des éloges ou des admirations réchauffe toujours le cœur, et fait du bien à notre ego. On recherche constamment cette sensation. Et comme l’effet d’une drogue, nous sommes accros à elle.
Quelquefois, on essaie tellement de plaire aux autres, on recherche désespérément l’approbation des autres que cela en pâtit sur notre vie. On a peur des critiques, on ne vit pas pleinement.
Bref, on cache notre vrai soi.
Prenez l’exemple d’une personne alcoolique qui croit avoir besoin de boire pour régler ses problèmes. De la même manière, on diminue notre propre existence en cherchant à toujours plaire aux autres pour régler nos problèmes d’approbation.
Cette « drogue » est tellement forte que certaines personnes n’y renoncent jamais. La sensation est trop intense pour arrêter de rechercher l’acceptation des autres.
Mais comme toutes les drogues, devinez quoi ?
Il y a toujours un prix à payer.
Et quel est ce prix à payer ? C’est notre liberté bien sûr. La liberté d’être soi-même.
La vérité c’est que vous ne pouvez pas à la fois être libre et avoir cette drogue. Si vous désirez tirer les ficelles de votre vie, vous devez arrêter de « céder » votre pouvoir. Vous devez consciemment arrêter de vous soucier de ce que pensent les autres.
Et en y repensant, ce n’est qu’une illusion. Vous ne pouvez pas contrôler ce que pensent les autres. Ces personnes ont leur propre agenda, leurs propres soucis. Après tout, elles sont plus intéressées par leur personne qu’autre chose.
Si l’on continue à vivre selon les opinions des autres, on construit notre vie sur du sable mouvant.
La personne qui essaie de plaire tout le monde s’épuise et ne plaira peut-être à personne au final.
Alors voici la grande question : comment reprendre contrôle ?
Si l’on est vraiment prêt à abandonner la drogue de l’approbation et de l’importance (ce qui est difficile pour la plupart des gens), alors il n’y a qu’une seule solution: prendre la décision « consciente » de ne plus se soucier de ce que pensent les autres.
Plus facile à dire qu’à faire, mais le jeu en vaut la chandelle.
Attention, cela ne veut surtout pas dire que vous devez devenir asociable ou manipulateur. Le monde serait chaotique si un jour on décidait tous de ne plus nous écouter les uns les autres.
Nous savons tous ce qui est juste et ce qui ne l’est pas. Le but est de guider votre vie selon un ensemble de valeurs. Des valeurs qui ne surtout pas imposées par les autres, mais qui viennent de votre for intérieur.
Si l’on prend le temps de se définir ces valeurs, et que l’on guide notre vie selon elles, alors chacun vivra une vie plus authentique, plus efficace, plus passionnée.
Mais une question demeure : voulez-vous vraiment être libre ?
Réactions :

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire