jeudi 5 avril 2012

Les hommes ne disent pas facilement "je t'aime".




Les hommes ne disent pas facilement "je t'aime".

Les hommes, c'est bien connu, ne disent pas facilement "je t'aime". On a longtemps prétendu que ce n'est tout simplement pas dans leur nature d'être sentimental.

D'autres ont plutôt préféré mettre ça sur le dos de leur éducation. À preuve, ne répète-t-on pas encore de nos jours que les gars sont plus incités à masquer leurs émotions que les filles. Pourtant, quand on songe au rôle prépondérant de la mère dans l'éducation aussi bien des gars que des filles, il y a de quoi être surpris de la persistance de ce double standard !

Quoiqu'il en soit, on a cherché à mettre de l’avant toute une panoplie de théories, que ce soit pour tenter d'analyser, parfois d'excuser, mais plus souvent qu'autrement pour blâmer les mâles de cette soi-disant carence affective.

D'ailleurs, la dernière lubie à la mode ne veut-elle pas que tout cela vienne du fait que les hommes seraient des êtres qui ont peur d'aimer et encore plus peur de s'attacher ? (incidemment, les succès de la télésérie Les Invincibles qui a surfé sur cette vague ici au Québec il y a quelques années, puis en France et bientôt aux États-Unis, illustre très bien ce phénomène).

Mais, est-ce bien le cas ? Est-ce vraiment parce qu’il en est foncièrement incapable que l'Homme n'arrive pas à prononcer ces mots idylliques ? Ou bien n'y aurait-il pas d'autres raisons ?

Se pourrait-il qu'au fil des années pour ne pas dire des dernières générations, plusieurs d’entre eux aient accumulé des raisons d'hésiter à s'aventurer dans ce qui leur paraît désormais davantage comme une galère ?

Se pourrait-il que, contrairement à ce qu'on prétend, ce ne soit pas autant par incapacité d’aimer que par refus d'obtempérer aux caprices de cette "femme nouvelle" qu'il aurait déchanté ?

Faudrait voir si ce renouveau qu'on souhaite lui faire endosser l'intéresse ? Peut-être considère-t-il qu'il n'y trouve plus son compte. D'où son désinvestissement !

En définitive, est-ce de l'Amour et de l’engagement dont l'homme est incapable ou s'il ne déchante pas tout bonnement de cette nouvelle alliance qu’on lui propose mais qui ne l’attire plus autant qu'avant ?

Le lyrisme du troubadour aurait-il dégénéré pour se transformer en méfiance de la mégère ? Bref, l'Ode à Cassandre serait-elle réécrite de nos jours autrement qu’en chanson ?

Pourtant, l'Amour des hommes est loin d'être mort. Les mâles ont un besoin réel d'amour et de tendresse, autant à donner qu'à recevoir. Ils en manquent même au point d'avoir mal. Et ils le cherchent avidement.

D’ailleurs, ne voit-on pas de plus en plus d'hommes revendiquer leurs droits à la paternité et la garde de leurs enfants. Ils le font par amour, par besoin d'attachement et par désir de stabilité. Si ce n'est pas cela qu'on appelle accepter de s'engager, alors je me demande bien ce que c'est !

Ceci étant dit, comment expliquer qu’il en soit si différent envers les femmes ? Faudrait peut-être qu’on songe à examiner certaines réalités par l'autre bout de la lorgnette !

Et à fortiori si on se veut aidant… 
.
Par André Gareau, Conférencier, Auteur, Psychothérapeute
Coach, Consultant en développement humain
Boisbriand, Québec, Canada 
Réactions :

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire