mercredi 5 février 2014

C'est quoi l'amour?

De quel amour parle-t-on ?

Le mot amour et surtout le verbe aimer sont piégés, car ils cachent des sens très différents. On dit qu’on « aime » le poulet — et on le dévore (celui-ci préférerait ne pas être aimé de cette manière !). Mais on dit aussi que la maman aime son enfant jusqu'à se laisser “dévorer” par lui.

D’où toutes les confusions et les déceptions.

Alors, de quel amour parle-t-on ?
Aimer, c'est d’abord DÉSIRER. Quand je dis “je t’aime”, je veux dire d’abord que j’ai envie de toi, que je te désire POUR MOI. J'aime d’abord l’autre POUR MOI. Je cherche MON plaisir ou MON bonheur à travers l’autre. (En grec, cet amour-désir se nomme « éros » - d’où le mot « érotique ».)

Le DÉSIR est le “starter” de l’amour, son « lanceur », son premier moteur. C’est normal : pour commencer à aimer, il faut en avoir envie.

L’amour-désir peut être violent et devenir passionnel — la passion amoureuse, quand on a très envie de l’autre, qu’on est sous son charme (physique ou sentimental), qu’on l’a dans la peau. « C’est plus fort que moi. » On dit alors qu’on « tombe » amoureux. C’est pareil avec le coup de foudre. Cette émotion peut nous faire perdre la tête si elle n’est pas contrôlée. Comme le cheval fougueux qui s’emballe.

Mais attention : le coup-de-foudre ou la passion amoureuse ne durent jamais, pas plus qu’un cheval ne peut galoper sans cesse. De plus, si l’amour n’est que ça, il devient possessif, consommateur de l’autre. On finit par « dévorer » ce qu’on prétend aimer.
 
L’amour au sens fort apparaît quand le DÉSIR bascule dans le DON. Quand je découvre celui (celle) qui m’attire, avec son charme et ses qualités, et que je veux lui donner de l’affection, du bonheur. Je veux alors SON bien et SON bonheur.  (En italien, on dit : « Ti voglio bene.» - « Je te veux du bien.») 

L’amour-DON me fait sortir de MOI, de mes intérêts personnels. Je fais passer l’autre devant. Je veux lui DONNER, et même ME DONNER à lui. On peut parler ici du VRAI AMOUR.

Le DON est ainsi le deuxième “moteur” de l’amour, qui lui permet de d’évoluer, de progresser, surtout quand le désir se fait attendre (ou est momentanément en panne). L’amour avance donc grâce à ses deux “moteurs” :  le DÉSIR et le DON.
1.    Comme avec un voilier : la voile correspond au DÉSIR — super quand ça souffle dans le bon sens ! — et le moteur correspond au DON, indispensable pour avancer ou manœuvrer dans beaucoup de situations.

Quand l’amour rencontre une difficulté, et qu’il veut la surmonter, n’est-ce pas sur le DON qu’il va s’appuyer ? Cela s’appelle le PARDON lorsque l’amour a été blessé.

Le DON et le DÉSIR se provoquent et s’entraînent mutuellement, comme dans la marche et la course, où chaque pied passe devant l’autre. Ainsi dans la relation d’amitié ou d’amour réciproque : le DÉSIR de l’un va appeler le DON de l’autre. Et le DON de l’un va combler le DÉSIR de l’autre. Dans l’amitié ou un couple aimant, ce chassé-croisé du DÉSIR et du DON peut évoluer toute la vie. Dans l’amour vrai, on ne s’ennuie jamais ; on peut toujours progresser.
Réactions :

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire